Éclipse

Le soleil réchauffe les murs de la ville
Mais il me brûle les yeux
Et bien que de plus en plus il brille
Mon corps et mon sang restent froids

C’est dommage que tu ne sois pas là
Toi qui aimais tant le soleil comme ça

Mais lui aussi va s’en aller
Derrière l’horizon que je ne regarde plus
Et le soir va venir m’étouffer
Les souvenirs vont se faire plus aigus

La lune arrive et me regarde
Seul, recherchant le sommeil
Jamais plus elle ne pourra
Nous épier du crépuscule à l’aurore

Moi, j’aimais tant vos deux compagnies
Mais à présent l’une d’elle est partie

Oh-ooh
Oh-oh...

Oh ! Des rencontres, il y en a bien encore
Mais le soleil en est toujours le témoin
Lui et lui seul peut toucher ton corps
Je n’ose même plus prendre ta main

Mais, peut-être, inconscient, un peu flou
Un espoir encore subsiste
Et si, au cours d'un prochain rendez-vous
Survenait... une éclipse ?

Oh-ooh
Oh-oh...

 

© 2011 Jean-Marc Lagniel  
Print Friendly, PDF & Email
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>