Miroir D’éléphant

De toutes les belles, elle était la plus belle
Sans fard, sans truc, naturelle
Et nul miroir n’avait besoin de lui dire
De toute façon, ça l’aurait bien fait rire 

Belle, sans se faire remarquer
Belle, pour qui sait regarder
Belle, de la vraie beauté
De la terre, de l’eau, de l’été

Mais un jour, un caprice
Lui passa par la tête
Et elle s’en fit une nouvelle
Avec des bouclettes 

Et elle ne fut plus, ainsi
La plus belle d’entre les belles

Belle, sans se faire remarquer
Belle, pour qui sait regarder
Belle, de la vraie beauté
De la terre, de l’eau, de l’été

“Hé ! Te voilà au second rang maintenant”
Lui dit le miroir qui ne savait mentir
Car il gardait encore et pour longtemps
L’image de la première en son souvenir

Ah ! Si maintenant les miroirs
Se mettent à avoir de la mémoire !

 

© 2011 Jean-Marc Lagniel 
Print Friendly, PDF & Email
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>