Perdu En Chemin

Il aimait tellement la vie
Il aimait tellement l’être humain
Il prônait tellement l'embellie
Qu’il n’avait cure de son destin

Il aimait tellement l’euphorie
De n’être jamais qu’un être humain
Qu’importe la voie, la folie
Il vivait toujours sans lendemain

À force de n’être qu’ouverture
Envers quiconque et son prochain
À trop suivre la belle aventure
Il s’est perdu en chemin

Il disait je ne suis qu’un être
Parmi tant d’autres peut-être
Mais qu’importe qui je suis
Pour l’amour de l’autre, je le suis

Il disait je ne suis pas grand-chose
Je ne serai jamais que moi-même
Surtout pas celui qui s’impose
Mais simplement celui qui aime

À force de n’être qu’ouverture
Envers quiconque et son prochain
À trop suivre la belle aventure
Il s’est perdu en chemin

Il aimait tellement la vie
Il aimait tellement l’être humain
Il prônait tellement l'embellie
Qu’il n’avait cure de son destin

Et il s’est perdu en chemin

 

© 2011 Jean-Marc Lagniel  
Print Friendly, PDF & Email
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>