Que L’on Se Tienne Par La Main

Que l’on se tienne par la main
Sur la table d’un restaurant
Que tu déposes un doux baiser
Au creux de ma joue en passant

Que ton regard soudain scintille
Simplement en croisant le mien
Dans tes yeux qu’une étoile brille
Au réveil, un petit matin

Que mon bras puisse s’enrouler
Autour de ton cou dans la rue
À l’heure d’hiver ou bien d’été
Que ton cœur sur moi reste nu

Parfois qu’une pensée féline
Vienne troubler le quotidien
T’emmener en contrées divines
Où se croiseraient nos chemins

Que tes cheveux sur mon épaule
Finissent par me chatouiller
Puis que nos lèvres enfin se frôlent
Et que l’on s’endorme épuisés

Que l’on se tienne par la main
Sur la table d’un restaurant
Que tu déposes un doux baiser
Au creux de ma joue en passant

J’aimerais tant

J’aimerais tant

 

© 2013 Jean-Marc Lagniel
Print Friendly
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>