Si Loin Si Près De Moi

À peine cent kilomètres
Et je sens ton souffle
Je regarde à la fenêtre
La distance m’étouffe

J’aperçois ta silhouette
Au soleil qui descend
J’ai la tête en goguette
Monte un afflux de sang

La nuit emporte les heures
Vers qui vivra verra
J’entends battre ton cœur
Si loin si près de moi

Les amis, la famille
Ce n’est que du bon grain
Les glaces à la vanille
Ont un bien doux parfum

Mais le goût du piment
Qui brûle mes papilles
Me rappelle indécent
Le feu de tes pupilles

La nuit emporte les heures
Vers qui vivra verra
J’entends battre ton cœur
Si loin si près de moi

Qu’il est long le parcours
Jusqu’à la délivrance
Pour n’être plus qu’amour
Sans aucune distance
 

© 2017 Jean-Marc Lagniel  
Print Friendly
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>