Cousine

À toi ma chère cousine
Je ne vais pas te dire’ je t’aime
Même’ si tu le devines
C’est un peu du pareil au même

L’amour dans la famille
Non ce n’est pas un théorème
Malgré les yeux qui brillent
Quand vient le temps des chrysanthèmes
Tu m’as appris l’école
De l’enfance à la puberté
Avec des mots qui collent
Qui forgent la complicité

Le clin d’œil rieur

À toi ma belle’ cousine
Du premier jour où j’t’ai captée
Tu étais ma divine
Égérie du sexe opposé

On en a partagé
Des plaisirs et des connivences
L’ham’çon bien accroché
En haut des branches ah ! les vacances
On a joué au docteur
À cœur ouvert en découvrant
Ensemble la pudeur
De devenir un peu plus grands

Rien que du bonheur

À toi ma chère cousine
Je ne vais pas te dire’ je t’aime
Même’ si tu le devines
C’est un peu du pareil au même

Aujourd’hui va la vie
On a grandi on a vieilli
Mais encore et toujours
Je garde en moi ce fil d’amour
Qui nous a réunis
Depuis notre plus tendre enfance
Mais bien vite j’oublie
De penser à ce que l’on pense

Juste un rêve-cœur

À toi ma belle’ cousine
Du premier jour où j’t’ai captée
Tu étais ma divine
Égérie du sexe opposé

À toi ma chère cousine
Je ne vais pas te dire’ je t’aime
Même’ si tu le devines
C’est un peu du pareil au même    

 

© 2018 Jean-Marc Lagniel  
Print Friendly, PDF & Email
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>