L’amie, L’ami

L’amie, l’ami
C’est celle, c’est celui
À qui l’on peut tout dire
Avec qui l’on peut tout rire
Rire de celle, rire de lui
Et avant tout rire de soi

L’amie, l’ami
C’est plein de “Tu te souviens”
On était jeunes, on était fous
On a fait les quatre cents coups
Peut-être pas toujours très malins
Mais c’est fou comme on aimait ça

L’amie, l’ami
On pense à elle, on pense à lui
Quand une larme nous surprend
Au cœur d’un film ou d’un roman
Ce sera pour elle, ce sera pour lui
L’occasion de faire un p’tit cadeau

L’amie, l’ami
On n’a pas peur de l’appeler
Dans la solitude d’un soir
Quand on veut retrouver l’espoir
De se sentir mieux, d’exister
De se sentir bien dans sa peau

L’amie, l’ami
C’est un album de souvenirs
Qu’on ne finit pas de remplir
Et ça repart à discuter
Et ça n’en finit pas de trinquer
Aux éternelles retrouvailles

L’amie, l’ami
C’est un visage à qui l’on pense
Quels que soient le temps la distance
C’est le partage d’un long voyage
Qui passe à travers tous les âges
Jusqu’au jour de ses funérailles

Mais l’on pensera toujours à celle
Et l’on n’oubliera jamais celui

 

© 2015 Jean-Marc Lagniel  
Print Friendly
Texte précédent
 
Texte suivant

Laisser un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>