Mille Millions De Mille Milliards De Mille Sabords

Posted by on Déc 3, 2020 in Gotainer / Dutronc..., Humour, M, Non classé, Pensées | 0 comments

Tout petit j’ai découvert
Qu’il pouvait y’avoir sur Terre
Des anacoluthes, anthropophages 
Gredins, moules à gaufres, amphitryons
Des bachi-bouzouks, des soulographes
Des bougres d'extrait de cornichon

Bien souvent j’me demandais
À quoi donc ça ressemblait
Les crétins des Alpes, les autocrates
Les hydrocarbures et les emplâtres
Les protozoaires, les va-nu-pieds
Les cloportes, les chouettes mal empaillées

Mais quoi qu’il en soit une’ chose était sûre

Mille millions de mille milliards de mille sabords
Y’avait un capitaine à bord
Mille milliards de mille millions de mille sabords
Tonnerre’ de Brest qu’il était fort
Mille millions de mille milliards de mille sabords
C’était un capitaine ad hoc
Mille milliards de mille millions de mille sabords
Et lui, c’est sûr on l’aimait fort  

J’ai grandi, j’ai voyagé  
Pour de vrai j’en ai croisé
Des jocrisses, des bougre’s d'olibrius
Des bidules, bibe’lots, diplodocus
Des marins d'eau douce, des pyrophores
Rhizopodes, pantoufles et doryphores

Aujourd’hui, triste constat
Plus je vis et plus j’en vois
Des cloches à fromage et des pignoufs
Des topinambours, oryctéropes
Des macrocéphales, des boit-sans-soif
Des jus de réglisse, des gyroscopes

Le pire’ dans tout ça, c’est de voir qu’en plus

Mille millions de mille milliards de mille sabords
Y’a plus de capitaine à bord
Mille milliards de mille millions de mille sabords
On y va droit dans le décor
Mille millions de mille milliards de mille sabords
Y’a que des capitaines en toc
Mille milliards de mille millions de mille sabords
Et là, pour sûr on perd le Nord

   - musical -

Mille millions de mille milliards de mille sabords
Y’avait un capitaine à bord
Mille milliards de mille millions de mille sabords
Tonnerre’ de Brest qu’il était fort
Mille millions de mille milliards de mille sabords
C’était un capitaine ad hoc
Mille milliards de mille millions de mille sabords
Et lui, au moins, on l’aimait fort 

© 2020 Jean-Marc Lagniel

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *